Rupture du ligament croisé antérieur
ligament croisé antérieur

C'est Quoi ?

 

La  rupture du ligament croisé antérieur entre dans le cadre d'une entorse grave du genou. Elle correspond à une lésion d'étirement ligamentaire secondaire à  un "hyper mouvement" le plus souvent en rotation ou en flexion/rotation. Il peut survenir sur des mouvements sportifs anodins (changement d'appuis, rotation du bassin avec pied bloqué au sol...). Au moment de ce traumatisme, le patient ressent un "lâchage du genou" contemporain d'un craquement inquiétant. La marche est possible mais le genou est souvent instable particulièrement sur les mouvements de rotation.

On Opère ou Pas ?

 

C'est une décision qui se prend au cas par cas. Dans le cas d'une rupture isolée du ligament croisé antérieur, il n'y à pas d'urgence à opérer.

Pour avancer il faut répondre à deux questions.

 - Quel sport voulez-vous pratiquer

    "demain" ?

 - Comment imaginez-vous votre vie

    dans 25 ou 30 ans ?

 

Comme il n'y a pas d'urgence à opérer et en cas d'hésitation, on peut partir sur "l'option kiné" puis  se raviser et s'orienter vers la chirurgie si le résultat n'est pas satisfaisant.

 

Que Faire ?

 

Le diagnostic est posé par un médecin rompu à cette pathologie. Une radiographie et une IRM permettront de confirmer le diagnostic et d'évaluer les éventuelles lésions collatérales.

En cas de doute sur l'efficience du ligament croisé antérieur un Telos** ou Gnrb** peut être demandé.

Le traitement (kinésithérapie ou chirurgie) est impératif sous peine d'user prématurément le genou (ménisque et cartilage).

L'évaluation de l'instabilité initialement et à distance du traumatisme est impérative pour orienter le traitement.

Une lésion associée au ligament croisé antérieur nécessite une prise en charge  médicale spécialisée rapide.

Pour Aller Plus Loin !

 

Le diagnostic de rupture partielle du ligament croisé antérieur repose sur la négativité du ressaut rotatoire* (pivot shift)  et des recherche de tiroirs** (Lachman, Telos, GNRB) faiblement positives. Dans ce cas, on proposera un traitement non chirurgical (attelle + kinésithérapie) avec une reprise du sport à quatre mois. Il est toutefois difficile de juger de la qualité du ligament croisé cicatrisé et il conviendra d'en avertir le patient surtout s'il pratique un sport pivot/contact.

 

La mise en nourrice correspond à une cicatrisation imparfaite et spontanée du ligament croisé antérieur qui vient se "coucher" sur le ligament croisé postérieur où il  y "prend racine". Le résultat est imparfait mais permet le plus souvent de conserver un genou stable permettant la reprise du sport.

* La recherche du ressaut (pivot shift test) est un test clinique indolore qui consiste à mettre le genou en stress en rotation/flexion pour obtenir une subluxation du genou appelé ressaut Ce dernier signe la non efficience du ligament croisé antérieur.

** Les tests de tiroirs peuvent être cliniques (Lachman), radiologiques (Telos) ou mécaniques (GNRB), ils visent à évaluer et quantifier  la laxité du genou.

En Bref !

 

Lésion fréquente. Importance d'un bilan initial précis des lésions. Chirurgie non indispensable dans certains cas. Suites chirurgicales longues.

Institut Médical Sport Santé

34 av. du Général Sarrail

Porte C

75 016 Paris

Tel: 01 87 44 24 24

www.imss- sfp.com